• Nous saluons notre fils Patricio Belito qui s'est installé à Luanda en Angola où il vit aujourd'hui. Celui-ci par nostalgie vient de nous adresser une lettre destinée en principe à ses anciens condisciples qui peuvent découvrir ses coordonnées dans cette page de notre Blog.  J"ai été inspiré par cette réaction positive et pour faciliter les contacts entre ngunguois éparpillés dans le monde, j'ouvre une nouvelle rubrique que nous mettons gracieusement à votre disposition. Faites-en bon usage. 


    votre commentaire
  • Mon Cher Pereira,

    Notre mémoire arrive aussi à nous jouer des mauvais tours dans la mesure où raconter des anecdotes qui datent de plus de quarante ans peut nous glisser sur des contre vérités. Commençons par Jojo Mandiki. Il avait deux petits frères qui lui étaient collés comme des basques sur la peau. Il s’agit de Celos et Gaby alias Akim. Effectivement, dans notre rôle d’encadreur nous avons essayé d’étendre notre emprise sur votre génération. Des équipes comme Verlys, Plume d’Or, ont formé quelques joueurs qui ont assuré la relève, lorsque les anciens furent partie. Des gars comme Coco Tuwila, Nzube, Lubaki Philémon, pour ne citer que ceux-là ont fait partie de ce fameux contingent. Nous aimerions qu’une autre personne mieux inspirée que nous, nous remémore les péripéties de cette promotion.

    Avant de parler du FC Carnassier, je te corrige sur le surnom de ton aîné Léon Kintaudi qui ne s’appelait pas Elvis. Son nom de guerre était : « Lejus », diminutif de Léon et Jules, ses deux prénoms.

    Enfin, parlant du FC Carnassier, je sais très bien que c’est le club de ton quartier. C’est la formation où évoluait le géant défenseur VETULUAKILA Vetos alias Mbuadi, le petit frère de Miranda, une fille qui ne passait pas inaperçue sur l’avenue Thys. Je me réserve de citer les noms des joueurs qui avaient partie de cette équipe. Nkumbu zawu za vilakana.

    Nous demandons à toute personne de bonne volonté qui peut nous éclairer sur ce sujet de ne pas hésiter. Non seulement que nous avons besoin de la liste des joueurs de Carnassier, mais on peut étendre cette énumération aux clubs ci-après : Cheminots et Immodis (l’éternel tombeur des Jeunes GwaGwa), etc…


    4 commentaires
  • Je suis aussi à la recherche de MUDE KOKO, sur demande de Guy Angrand Mokonzi ya Rumba.

    Simbi kia Nkulu  


    2 commentaires
  • Bonjour Mbuta Koke " Kockcis "

    Je vous remercie de  votre  rappel, que je dirai bien  de l´histoire sportive des enfants de Thysville .Moi  je reconnais vos engagements, dynamismes  et l´amour  exprimer pour notre génération à Thysville. Vous  et le  Dr Léo Kintaudi  connus à l´epoque  au nom de Mbuta  Elvis  " étiez    des bâtisseurs de la jeunesse sportive .Mbuta Kocksis, vos démarches pour l´évolution  des enfants ne se sont pas limités au JDU. Car  je me rappelle  en 1969,  avant que je quitte Thysville pour rejoindre mes parents à Kinshasa, c´était au mois de juillet .Vous aviez organisé un championnat des enfants cadets de  JDU et MFS. Celui-ci avait débuté  à Dimba Missioni  et ensuite  il a été transféré dans l´enceinte de  l´école ou Eglise protestante : Moi, personnellement  j´ai évolué dans l´équipe de Mbuta  José  Mayenda dont il avait baptisé du nom du FC  St Joseph. Parmi ses équipes, il y avait  une dont  le nom m´échappe encore, mais je sais qu’elle avait des talents tels que Coco Tuwila "Dieu de Ballon", Gabi le petit frère de Paul Mandiki. Comme j´avais prématuré mon départ pour Kinshasa, je ne sais pas ce qui se passait  pour  la continuité des ses équipes ou de ce fameux championnat .En ce qui concerne la génération  de JDU et MFS, pouvez-vous me rappeler d´une formation répondant au nom de FC Carnassier et ses Joueurs ?

    Pour terminer, je présente mes vives Salutations à tous mes grands -frères de Thysville , dont je n´oublierai jamais dans ma mémoire .

    Mono weno

    Pereira

     

     


    votre commentaire
  • Salut Mbuta Kocsis. Je suis à la recherche de Mude Koko Elysée, Rita Mpese Matondo et Akwansambu Florence (Mpangi a Matondo Ma Mbalu TSHANG). Tous me connaissent sous le nom de "CHARLY DJAMA", finaliste de l'INDIS en 1980.


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique