• Les commerçants portugais (Par Crispin Régis Lukoki Mampasi)
    Chers Ngunguoises et Ngunguois,

    Ceux qui ont vécu à Thysville pendant les années 50, savent bien que le commerce en général était chose des Portugais et ressortissants d´Angola. Cela ne veut pas dire que les Congolais n´en faisaient pas. Il y avaient des grands commerçants Congolais tels que: Mfumu Kinzonzi, Mbuta Bisala, Papa James Nkodia, Papa Philémon N´wumbu, Papa Alexandre N´kala, Papa François Mbende, Sarma-Congo sur l´avenue Offitra, Papa Antoine N´giezi, Papa Boniface Ntongo,Papa Jean-Baptiste, Papa Léon Mfinda, Papa Makonko, Papa Emmanuel Luzolo etc...pour ne citer que ceux-ci. Mais la majorité de ces magasins qu´on trouve sur l´avenue Nsonankulu ou en ville étaient gérés par des Portuguais, pendant que les boutiques à Sanzela, dans la plupart des cas appartenaient aux ressortissants Angolais. Je peux citer les quelques moulins de manioc qui appartenaient tous aux Bazombo tels que: Mbuta Pedro Nguidi, Mbuta Kiala Yamba, Mbuta Pedro Mbongo etc...

    Quant aux Portugais,je vais vous parler de 2 cas très spéciaux.

    Sur l´avenue Nsonankulu, au croisement de l´église, du coté opposé se trouvait le magasin de Monsieur LUCAS. Il se fait que ce monsieur d´un âge avancé était borgne, et avait un grand complexe à cause de ce défaut. Il fallait faire attention à ne pas se frotter l´œil devant Mr Lucas, car pour lui c´était une provocation.
    Les pauvres qui se frottaient l´œil dans ce magasin, sortaient en courant et après avoir reçu quelques coups du bâton qu´il utilisait pour mesurer la longueur des tissus qu´il vendait. Comme l´école Ste Thérèse se trouvait juste en face, nous avions l´habitude d´y aller acheter nos cahiers et crayons. Monsieur Lucas avait aussi l´habitude de nous faire des petits cadeaux chaque fois qu´on passait par son magasin. Il nous donnait des bombons ou des chew gom  Bazooka que j´aimais.

    Le second, ça nous emmène en ville chez Monsieur Rodriguez Fernandez. Ce monsieur était très spécial pour son français. On allait à son magasin pour rigoler et en même temps apprendre des mots nouveaux de son fameux répertoire. Il nous surprenait avec des affiches comme "SAPAT DE FAME" qui veut simplement dire CHAUSSURE POUR FEMMES.A l´école nous faisions des commentaires sur les dernières découvertes de Mr Rodriguez et c´était  nos moments de rigolades folles.
    Crispin-Régis Lukoki.      


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique