• L’aventure qui a débouchée sur la création du FC Mikado tire ses origines des milieux angolais de Mbanza Ngungu où Papa MBENZA « LA BENZ » qui fut la tête d’affiche du groupe folklorique Konono de Thysville était sur le plan culturel une vedette au vrai sens du terme. Ces enfants, en commençant par Demboire qui sera plus tard mieux connu sous le pseudonyme de Toupa, en passant par Roueroué, Tison et pourquoi pas Nsenga Sejoka et autres Nzumba furent très bien connus à travers toute la cité de NgunguVille. Lorsque Rouéroué Emmanuel Kitovele Kia Mbenza alias Papa Itele et ses amis Donga dit Donglish, de son vrai nom Meya, Nsingi Jadot et Lukombo Menos créèrent leur première équipe de football, ils n’hésitèrent pas un seul instant de lui coller le nom du FC Ngola qui rappelait sans gêne ni complexe, les origines angolaises de leurs parents.

    A une époque où les Bazombo et les San Salvador (ba sansala) vivant au Congo souffraient d’un complexe d’infériorité vis-à-vis des autochtones, il fallait louer et féliciter le courage de ses enfants qui arboraient avec fierté les couleurs de leur pays d’origine. Cette fierté d’appartenir à la riche communauté angolaise se justifiait surtout par la puissance financière de plusieurs familles angolaises qui excellait avec une dextérité étonnante dans le secteur du petit commerce. (e vivia, di vondele nsi… ne cessait de clamer Rouéroué, pour taire leurs détracteurs). C’est l’époque où les grandes maisons commerciales étaient l’apanage des portugais, leurs colonisateurs auprès de qui ils avaient appris l’abc du commerce. En outre, la très bonne santé du FC Antwerp, une des meilleures formations de Thysville qui avait évolué quelques années auparavant dans la première promotion de l’ASIC fut de nature à encourager ce groupe des jeunes footballeurs en herbes qui espéraient assurer la relève au sein de cette dernière équipe et pérenniser cette solidarité agissante entre les angolais de Thysville.

    Hélas, après l’affiliation de Maleta Elastique et de Zangilu Kalambayi dans le FC Amicale, deux des pions majeures de cette formation chère à Vieux Ngobila, le FC Antwerp se désintégra. Aussi, l’arrivée du FC Ngola attira la sympathie de certains anciens dirigeants de cette équipe, très nostalgique comme Papa Ngonda Sabu qui fut compté parmi les premières personnes à encourager Rouéroué et consorts dans leur démarche.

    Toujours au moment où le FC Ngola faisait timidement ses premiers pas, Nzunga Bunny (Tadi dia lembana kua ban ngone), Nsimba Sybaris et son frère jumeau Nzuzi Kindar faisaient partie dans un autre registre, d’une autre équipe dénommée FC Valos. Cette équipe ne pesait vraiment pas, car en 1966, au moment où le FC Jeunes Gwagwa “première formule ” semait la terreur et la désolation dans les rangs de tous ses adversaires, ce club ne servait que de bouche trou. Ainsi, après un match presque à sens unique qui opposa Jeunes Gwa Gwa au FC Valos et qui se solda sur le score de 9 buts à 0, Bunny et son ami Dieyi, prirent la salutaire décision de dissoudre leur équipe et de renforcer leur club en recrutant des nouveaux éléments. Il sera ainsi fait appel aux joueurs du FC Ngola qui vont accepter de compléter la nouvelle ossature de la nouvelle équipe en gestation, tandis que leurs supporters seront comptés parmi les nouveaux sociétaires du FC Mikado. Pour votre information, Dieyi était le petit-frère de Vicky Makiadi (tous les deux sont installés aujourd’hui en Angola). Ils habitaient au croisement des avenues Tabora et Peigneux…

     

    Ainsi naquit le FC MIKADO, qui prendra ensuite le nom des Maquisards et plus tard celui de Bilanga Matebo. C’est cette même formation qui donnera naissance à deux autres équipes dites sœurs, le Tout Puissant Foudre et le FC Santos où le coach de ce clan, Nlandu Dereck Ndu se plaisaient à caser les joueurs dont les qualités techniques et physiques étaient jugées insuffisantes. 

     

    Il est très difficile de donner avec exactitude la date de la fondation de cette équipe que seuls des gars comme Bunny, Kindar, Arizano ou Boly peuvent nous rappeler.  Mais si on doit se référer à une photo que Boly a retrouvée dans ses archives et qu’il nous avait fait parvenir, il est écrit noir sur blanc qu’en date du 17 août 1966, le FC Mikado existait déjà.

     

    A notre avis, cette journée peut servir de repère pour ce club, car elle consacre son  grand départ après toutes les déboires qu’elle avait connu auparavant. Cette retentissante victoire, la toute première que les poulains de Mitoga, le premier président du club, remportèrent face au FC Jeunes GwaGwa,  conditionna la suite des événements. Ainsi, grâce toujours à cette photo, nous pouvons confirmer sans peur d’être contredit que Mbiyavanga Diesel qui évoluait dans les perches (gardien de buts), Wombo Saint, Matutezilua Matur, Pierrail, Ntoya Appolon, Kalambay, Davin Mateta, July Kinda, Eusebio (le terrible avant centre, Muana Matadi), Damar Kakivueko, Jadot Nsingi, Meya Donglish et Papa Itele Kitovele figurent parmi les premiers joueurs de cette équipe. Les premiers joueurs qui firent partie du premier contingent de Mikado furent donc recrutés parmi les scouts qui évoluaient sous la bannière de Saint Clément qui venait d’être dissous. C’est à cause de leur appartenance à ce mouvement des jeunes que Meya Donglish et RouéRoué accepteront facilement de rallier les rangs de la nouvelle équipe.

    N’est ce pas que l’union fait la force. C’était pour eux, une manière de conjuguer leurs efforts pour renverser la vapeur et mettre un terme à la supériorité démesurée et l’arrogance des amis de Du Sang et Mandiki.  Pour les anciens de Mikado, si Mitoga restera à jamais le premier président de l’équipe; si Nzunga Bunny et Dieyi peuvent être comptés parmi les co-fondateurs de ce club ;  l’histoire retiendra aussi que Feu Meya alias Donglish, Jadot Nsingi et Papa Itele ont énormément contribué à la renommée de cette équipe qui va devenir le bastion de tous les angolais et le refuge de tous les ngunguois qui contestaient l’orgueil et l’insolence des Jeunes GwaGwa. Du fait de leur appartenance à cette équipe, des gars comme Kitemoko Dacky, Ndu, Boly Zayobi, Ntoya Appolon, Kimbembi Lulu, Nzunga Bunny, Ditalua Barbe qui sont des congolais authentiques étaient considérés à tort comme des bazombo.  Kiasalazoko Arizano et Samba Hyacinthe, Baguera du Scout Saint Clément seront plus tard portés à la tête de cette équipe, soutenu à bras le corps et financièrement par Carré Lukeba et son complice Dacky Kitemoko qui furent les premiers donateurs du club. Outre ces deux mécènes, le staff dirigeant de cette nouvelle formation fut batie autour de Mitoga, Ndu et Arizano, soutenus dans leur action par Boly Zayobi (le premier secrétaire sportif du club), Hyacinthe, Puskas "Nsaka", Demboire, Katundu Cadet, Sakanau Assassin, et plus généralement par tous les angolais de Thysville.  

    Mikado et Jeunes GwaGwa sont deux écoles de football  ayant chacune sa conception de la vie et du sport, deux styles de jeu diamétralement opposés  qu'il était difficile de choisir la meilleure équipe.  

    Mikado et Jeunes GwaGwa c’était la grande attraction sportive qui a drainé les foules et suscité autant de passions parmi les amoureux du ballon rond. 

    Comme je l’ai souligné dans un de mes précédents papiers, Thysville a toujours vécu dans un environnement bipolaire. A l’époque des Diables Rouges et l’Amicale, l’antagonisme qui existait entre les membres de ces deux formations n’avait pas de pareil.

    Plus tard, les troupes de Kocsis et de Ndu n’ont pas échappé à cette règle. A cause de la forte concurrence et les méthodes déloyales utilisées parfois par les uns et les autres, les relations entre les composantes de ces deux équipes de football qui étaient encore en gestation furent au début empoisonnées et très viciées.


    C’est de cette époque que date cette guéguerre interminable qui oppose depuis quatre décennies les supporters et sympathisants de GwaGwa "Bana Nzambe" à ceux des Matebos.
     

    .


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique