• Aujourd’hui, nous allons parler de nos amis qui ont grandi au Camp Thys (Otraco). Ces enfants étaient  plus avantageux que ceux nous qui vivions à Sanzela. Plusieurs raisons ont facilité leur plein épanouissement. Ils vivaient tous dans un même quartier. De ce fait se connaissaient tous et formaient un seul groupe, alors qu’à Sanzela, on distinguait Bana ba ku Londe, Bana ba ku Ndimba, Bana ba missioni, Besi Kumbi, Besi Loma, etc… Ils supportaient tous une même équipe de football, les Diables Rouges ou certains de leurs parents étaient eux-mêmes des joueurs. Ainsi, ils n’avaient pas des difficultés pour utiliser le stade de Nsona Nkulu où ils pouvaient s´entraîner à l´aise. N’étant pas très nombreux, ils devinrent presque tous des camarades et formaient un bloc très bien soudé, bénéficiant de l’encadrement de certains de leurs aînés. Le service des affaires sociales de l’Otraco qui se souciait de l’avenir des enfants de leurs travailleurs favorisait aussi la pratique du football dans leur milieu. Très disciplinés, ils s’entraînaient régulièrement parfois avec leurs aînés des Diables Rouges et de la Renaissance. C’est pourquoi, on voyait des familles entières s’adonner à la pratique du football. J´ai ici deux familles qui étaient très célèbres à cause de leur passion pour le football. D´un côté nous avions la Famille de Papa N´sibu et de l´autre, celle de Papa Ndongala alias Locomotive.
    Chez Tata N´Sibu, il y avait trois gardiens de buts très fameux, dont le célebrissime N´sibu De la Fufu, Mbuta M´Bimu et Ya Dikambala. Tous les autres  enfants beaucoup plus jeunes, jouaient aussi bien au football, mais les plus connus furent les trois goals keepers précités. 
    Dans la famille de Tata Ndongala, ils étaient, tous des très bons attaquants et en même temps des grands buteurs. L’aîné NITU alias OUF était un avant centre hors pair qui a joué dans les Diables Rouges. KINSUNSU alias MICHAUX était lui aussi, le buteur attitré de Verian Ball où il a joué en compagnie de ALONI (Raoul KIDUMU). Parti à Boma pour étudier à l'EPOM, il devint le fer de lance du FC Daring de la place. Dans cette équipe, il
    fut la grande coqueluche des Bomatraciens qui prenaient tous les week end le chemin du Stade Socol pour le voir évoluer et marquer comme à la recréation des nombreux buts au grand bonheur de ses fans. Quant à mon copain YOKA alias MATURE, il a débuté au sein du FC COPA où évoluaient les plus jeunes de Nsonankulu. C'était leur buteur. Plus tard, il intégra et s'imposa  avec "sérieux" au sein du club des forgerons. J´ai quelques doutes sur le nom de famille de mon copain Mature qui a brulé à deux reprises la politesse à Montonga Raph au stade de Nsona Nkulu.
    A la cité nous avions connu quelques familles qui ont donné des  très bons joueurs au football ngunguois. Nous en parlerons très prochainement.


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique